facebook icon
youtube icon
youtube icon
LES MAISONS DU VOYAGE
Birmanie
Voyages en Birmanie
La Birmanie en bref
Carnet pratique

Le spécialiste du voyage en Birmanie

Un voyage en Birmanie est une expérience humaine et esthétique dont chacun revient changé. Le sourire, la quiétude, la générosité ne se démentent pas, malgré un passé tumultueux. La Terre d'Or fascine, du charme désuet de Rangoon à Mandalay, la dernière capitale des rois birmans, en passant par le majestueux site de Pagan, la "Plaine aux 2 000 pagodes" et le lac Inlé, serti dans un écrin de montagnes verdoyantes. Un voyage en Birmanie est une plongée dans une société qui bouge, aujourd’hui chargée d’espoir et de projets courageux. Aung San Suu Kyi, la grande dame de la paix, est libre. Le monde birman s’invente une nouvelle identité, ouverte au monde. Choisissez votre voyage en Birmanie parmi notre offre de circuits, ou bâtissez-le sur mesure, et embarquez pour une découverte au plus près de l’âme birmane.

Nos premiers prix

Circuits en Birmanie Découvrez tous nos circuits pour cette destination

Extensions en Birmanie Découvrez tous nos extensions pour cette destination

* Prix à partir de, sous réserve de disponibilité, voir conditions particulières sur la fiche produit
Birmanie

Nom officiel : République de l'union du Myanmar
Régime : République
Capitale : Rangoun
Superficie : 678 500 km²
Population : 54,5 millions
Religions : 89% de bouddhistes
Langues : Birman

Géographie

La Birmanie est le plus grand pays de l'Asie du Sud-Est continentale. Partageant des frontières avec la Chine, la Thaïlande, l'Inde, le Laos et le Bangladesh, le pays regroupe en une fédération, l'Union de Myanmar, l'ancienne colonie anglaise et sept Etats correspondant à de grands groupes ethniques, qui représentent 20% à 25% de la population birmane (Chin, Kachin, Karen, Kayah, Môn, Rakhine, Shan).

 


La majeure partie des Birmans vit dans la longue plaine centrale de ce territoire tout en longueur, organisée autour du bassin de Mandalay où convergent les fleuves Irrawaddy et Chindwin. C'est la Haute Birmanie, le cœur historique du pays. La Basse Birmanie, c'est la région côtière, zone du delta de l'Irrawaddy et de la plaine du fleuve Sittang. En périphérie, ce sont des régions montagneuses (chaîne de l'Arakan à l'ouest) où la forêt domine.

 


Les pluies de mousson ont lieu en été, de mai à novembre. Elles peuvent être extrêmement abondantes sur l'Arakan et le Tenasserim (plus de 5 000 mm à Akyab et à Tavoy), zones de forêts denses, et sur le delta de l'Irrawaddy (plus de 2 000 mm à Rangoun). En revanche, le bassin de Haute Birmanie est sec (moins de 1 000 mm, parfois moins de 600 m), avec des pluies très irrégulières : les versants montagneux portent une forêt sèche riche en tecks.

 


La Birmanie est une mosaïque d'ethnies, dont les minorités se partagent les zones périphériques. Les Birmans de souche, bouddhistes et de langue tibéto-birmane, occupent la plaine centrale. Majoritaires à 75%, ils occupent la moitié du territoire total. Les Karens, au sud-est et dans le delta de l'Irrawaddy, sont la minorité la plus importante. La densite de population birmane est plutôt faible (78 habitants par km2), sauf dans les deltas du Sud et dans le bassin de Mandalay. La population est jeune (33 % des Birmans ont moins de 15 ans) et faiblement urbanisée (27 % de citadins). Si le taux d'accroissement naturel a baissé (1,2 % par an), la natalité (21 ‰) et la fécondité (2,8 enfants par femme) sont assez soutenus.

 


Zone de mousson traversée par le tropique, la Birmanie est majoritairement agricole (deux tiers de la population active et 25% du PIB) : culture du riz, mais aussi du coton, de l'arachide, de la canne à sucre, du thé, de l'hévéa... Dans les régions montagneuses périphériques, l'exploitation du teck et du bambou et la culture de l'opium (dans le "Triangle d'Or", près des frontières de la Chine, de la Thaïlande et du Laos) sont les principales ressources. Dans les montagnes et dans le Tenasserim, la Birmanie bénéficie de ressources minières (plomb, zinc, étain, tungstène, argent, pierres précieuses), mais l'industrie extractive est en régression. Par ailleurs, le pays dispose d'importantes réserves de pétrole et de gaz naturel. Enfin, le tourisme se développe avec la détente politique.

 


La capitale, Rangoun, est la première ville du pays avec ses 4 millions d'habitants. C'est également le seul grand port (liaisons fluviales intérieures). Les principaux partenaires commerciaux de la Birmanie sont la Thaïlande (premier client), la Chine (premier fournisseur et investisseur étranger), l'Inde, Singapour, le Japon, la Corée du Sud et la Malaisie. Le pays exporte du gaz naturel (gisements offshore à Yadana et à Shwe), du pétrole, des pierres précieuses et semi-précieuses (rubis, jade), du teck et des produits agricoles (haricots secs, sésame). Même si depuis 2010, le gouvernement a mis en place une politique d'ouverture, la Birmanie est l'un des pays les plus corrompus d'Asie et son indice de développement humain est parmi les plus bas de la région.

Historique

Découvrir la Birmanie, c'est remonter aux sources de la civilisation asiatique. Avant le IXe siècle, trois peuplades vivent sur le territoire birman : les Môns, les Pyus, peuplade tibéto-birmane venue s'installer au début de notre ère dans la vallée de l'Irrawaddy, important avec elle le bouddhisme et la civilisation indienne, et les Chans, minorité d'origine thaï. C'est avant l'avènement du royaume birman de Pagan, qui connaît son apogée au XIe siècle avec la formation du premier empire par Anoratha, qui soumet les Môns et conquiert leur capitale, Thaton. Mais au XIIIe siècle, Pagan est successivement prise par les Mongols menés par Kubilay puis brûlée par les Chans. L'unité du pays éclate (royaume môn de Pégou en Basse-Birmanie et royaume chan d'Ava en Haute-Birmanie) et ne se reconstitue qu'au XVIe siècle, sous l'impulsion des rois de Toungoo, Tabinshweti et Bayinnaung, pour une courte durée. Au XVIIIe siècle, Alaungpaya fonde le troisième empire birman (dynastie Konbaung, 1752-1885) qui conquiert successivement Ayuthia, l'Arakan, le Manipur et l'Assam, et fait de Rangoun sa capitale (1755).

 

C'est après trois guerres successives (1824-1826, 1852, 1885) que les Britanniques, déjà installés en Inde, conquièrent le pays et abolissent la monarchie. Ils font de la Birmanie une province de l'Empire des Indes, que la reine Victoria reçoit en cadeau de nouvel an le 1er janvier 1886. Un mouvement nationaliste naît en réaction à l'occupation britannique. En 1929, le premier parti nationaliste voit le jour : les Thakins (« Maîtres »), dirigé par Aung San et U Nu. La Birmanie a pris le chemin de l'autonomie quand éclate la Seconde Guerre mondiale, qui voit les Japonais annexer le pays de 1942 à 1945, avant sa reconquête par les troupes de Mountbatten.

 

Le 4 janvier 1948, l'Union birmane accède à l'indépendance et le pays quitte le Commonwealth. Aung San ayant été assassiné (juillet 1947), c'est U Nu qui prend la tête du gouvernement et instaure une démocratie parlementaire. La Birmanie est alors constituée de nombreuses populations, et en dépit de l'accord de Panglang (février 1947) entre les Birmans et les autres ethnies, les Karens (1948) et les Kachins (1949) prennent les armes pour réclamer l'autonomie. C'est une période de conflit civil, le parti communiste birman se lançant également dans la lutte armée. Le gouvernement maintient tant bien que mal l'unité contre les mouvements nationalistes et révolutionnaires et U Nu lance un programme de réformes au nom du "socialisme bouddhique", dans un contexte économique difficile. Il nationalise certains secteurs et proclame le bouddhisme religion d'État (1961).

 

Mais en 1962, le coup d'Etat du général Ne Win met l'armée au pouvoir. U Nu est emprisonné, la Constitution récemment votée suspendue et le Parlement dissous. Ne Win tiendra le pays d'une main de fer pendant 26 ans, menant une politique socialiste brutaliste et plaçant la Birmanie dans le camp des non-alignés. Au nom de la « Voie birmane vers le socialisme », qui s'appuie sur un parti socialiste birman (BSPP) devenu parti unique en 1964, Ne Win décide de l'étatisation des principaux secteurs de l'économie, créant une dette vis-à-vis des banques et actionnaires étrangers. Le pays plonge dans la pauvreté : entre 1962 et 1967, la production de riz baisse d'un million de tonnes, et le revenu par habitant devient l'un des plus bas du monde. Les nationalisations et la politique d'autarcie entraînent un arrêt brutal du développement économique, tandis que le marché noir et la contrebande prolifèrent. Les étrangers sont expulsés et la durée de leur séjour restreinte à trois jours. Les insurrections reprennent : le parti communiste prochinois du « drapeau blanc » (dirigé par Thakin Than Tun puis Thakin Ba Thein), composé de milliers de maquisards retranchés près de la frontière chinoise et associé aux Chans et aux Kachins, et la résistance menée depuis la Thaïlande par U Nu qui a été libéré en 1966, constituent les principales menaces pour le gouvernement de Ne Win.

 

En 1973, une nouvelle Constitution est adoptée par référendum. La Birmanie devient République socialiste et le Conseil révolutionnaire remet ses pouvoirs au Congrès du peuple. Mais les élections législatives de 1974 ne changent rien, Ne Win est "élu" président et Rangoun devient le théâtre de manifestations ouvrières brutalement réprimées par l'armée, qui s'en prendra quelques mois plus tard aux étudiants avant de proclamer la loi martiale. En 1976, alors que les manifestations reprennent à Rangoun, des mouvements nationalistes s'associent pour créer le Front uni. En 1978, le régime persécute la minorité Rohingya (musulmans birmans), et 200 000 personnes s'exilent au Bangladesh avant d'être rapatriés par les Nations Unies en 1979. En 1981, Ne Win abandonne ses fonctions au profit du général San Yu, tout en conservant la présidence du parti et en continuant en fait à diriger le pays jusqu'à sa démission en 1988.

 

En 1988, un mouvement de protestation populaire, violemment réprimé, signe l'échec du régime. L'opposition prodémocratique, menée par Aung San Suu Kyi, la fille d'Aung San, héros de l'indépendance, ne peut rien contre la formation d'une nouvelle junte militaire, le Conseil d'Etat pour la restauration de la Loi et de l'Ordre (SLORC, State Law and Order Restoration Council), avec à sa tête le général Saw Maung. L'opposition subit arrestations en masse et exécutions, cependant le multipartisme est instauré. Les premières élections démocratiques ont lieu en 1990 et consacrent la victoire de la National League for Democracy (NLD), le parti d'Aung San Suu Kyi, qui a été placée en résidence surveillée.

 

Le BSPP, devenu le National Unity Party (NUP), est balayé. Refusant de tenir compte de ces élections, la junte poursuit la répression, s'en prenant même aux moines bouddhistes. Condamné par la communauté internationale, isolé diplomatiquement – Aung San Suu Kyi, toujours prisonnière, reçoit le prix Nobel de la paix en 1991 –, le régime n'est plus soutenu que par la Chine, qui lui fournit une aide militaire contre des avantages stratégiques. Le 23 avril 1992, Saw Maung cède la place au général Than Shwe, qui inaugure une politique d'apaisement et d'ouverture économique, destinée à améliorer l'image du pays. Une convention, dans laquelle siège la NLD, est nommée pour préparer une nouvelle Constitution. Aung San Suu Kyi, libérée en juillet 1995, mais étroitement surveillée, s'efforce de relancer la dynamique d'opposition. En décembre, la NLD quitte la convention, mais subit une répression sévère alors qu'elle tente de tenir un congrès. Des centaines d'arrestations paralysent à nouveau le mouvement à la fin de 1996, les dirigeants mettant dès lors tout en place pour contrer les démocrates. En juillet 1997, la Birmanie entre dans l'ASEAN, mais les États Unis et l'Union européenne maintiennent leurs sanctions à l'égard du régime. Par l'intermédiaire d'un diplomate malaisien, le dialogue reprend avec Aung San Suu Kyi en 2000, menant à sa libération en 2002, avant une nouvelle arrestation l'année suivante. L'économie du pays est catastrophique (inflation de 60%, chute du kyat) et seuls les échanges commerciaux (bois, pierres précieuses) avec la Chine permettent aux militaires de se maintenir. Une situation bloquée dont Than Shwe essaie de sortir en nommant de général Khin Nyunt Premier ministre en 2003, avec une feuille de route vers la démocratie. Mais cette tentative échoue, et quelques mois plus tard, c'est le triomphe de la ligne dure, avec le général Soe Win aux manettes (SPDC). Dans un pays en ruine, où le budget militaire est trois fois plus important que ceux de l'Education et de la Santé réunis, la junte pratique le travail forcé, parfois au bénéfice d'entreprises étrangères (Total). La Birmanie est toujours soutenue par la Chine, qui lui fournit armement et aide économique en contrepartie de gaz et d'un accès vers le golfe du Bengale - faisant naître l'inquiétude chez les Indiens et les Américains, et au sein de l'ASEAN. Fin 2005, par crainte d'une intervention américaine ou thaïlandaise, le gouvernement déménage la capitale dans le centre du pays : c'est Nay Pyi Taw, la "cité royale".

 

A l'été 2007, la question birmane revient sur le devant de la scène, après la violente répression de mouvements de protestation populaires face à la soudaine augmentation du prix des carburants. La communauté internationale (dont la Chine et l'ASEAN) appelle les autorités à la modération et au dialogue avec l'opposition, en particulier avec Aung San Suu Kyi, toujours assignée à résidence. Mais la junte militaire campe sur ses positions. Le 3 mai 2008, le typhon Nargis provoque un désastre humanitaire (2,4 millions de sinistrés). La junte accepte l'aide internationale au compte-gouttes et profite du chaos pour faire adopter par référendum une nouvelle Constitution pérennisant son pouvoir, dans la perspective des élections de 2010. Un texte qui, en plus de réserver des ministères et des postes clés aux militaires, interdit aux personnes ayant épousé un étranger de participer aux élections : une mesure qui vise directement Aung San Suu Kyi - à nouveau condamnée à la résidence surveillée malgré sa popularité et les démarches de l'ONU et l'ASEAN en sa faveur.

 

Les élections de 2010, boycottées par la LND d'Aung San Suu Kyi, dissoute, voient la victoire du parti de la Solidarité et du Développement de l'Union (USDP), créé de toutes pièces par la junte et dirigé par le Premier ministre Thein Sein. Trente-huit partis étaient autorisés à se présenter, mais les deux principaux partis d'opposition (la Force démocratique nationale, fondée par des dirigeants de la LND refusant le boycott, et le parti démocratique des nationalités Shan), faute de moyens n'ont pas pu présenter de nombreux candidats au Parlement. Le 13 novembre 2010, Aung San Suu Kyi est libérée et appelle à l'unité de l'opposition et au dialogue national. En mars 2011, un nouveau gouvernement est formé, reconduisant à sa tête le Premier ministre, sous la surveillance des militaires.

 

C'est l'amorce d'une ouverture, sous la pression de l'isolement et des sanctions occidentales : assouplissement du contrôle des médias, autorisation des syndicats et du droit de grève, libération de 200 prisonniers politiques, création d'une commission nationale sur les droits de l'homme, réintégration de la LND... Une ouverture illustrée par la visite en décembre 2010 de la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, une première depuis 1955, et du ministre des affaires étrangères Alain Juppé, en 2012. L'ASEAN accepte de confier sa présidence tournante à la Birmanie en 2014. Dans ce contexte, Aung San Suu Kyi s'engage dans la campagne pour les élections législatives partielles d'avril 2012, largement remportées par son parti (bien qu'il s'agisse de pourvoir un petit nombre de sièges).

 

Birmanie

ARTISANAT

Le plus célèbre est incontestablement celui de la laque, pratiqué en particulier dans la région de Bagan où l’on fabrique des objets en laque souple sur crins de cheval. Les styles sont variés, du très sobre rouge foncé aux laques polychromes parfois incrustés de miroirs. Les kalagas tapisseries rehaussées de broderies et d’incrustations de verre, sont l’une des spécialités de Mandalay, ainsi que la fabrication des marionnettes et le tissage de la soie. De façon générale, l’artisanat reste très vivace et vous pourrez observer le travail des bronziers, des fabricants de feuilles d’or, des vanniers…Le Myanmar est le pays du jade, de l’argent, de l’or, des pierres précieuses. 

BAGAGES

De plus en plus de compagnies imposent UN SEUL et UNIQUE bagage en soute et UN SEUL et UNIQUE bagage cabine. Le poids autorisé de chacun varie en fonction de la classe (économique, Affaires, 1ère) que vous empruntez et du type de billet que vous réservez ; au-delà, un supplément sera perçu par les transporteurs. Nous vous recommandons de consulter les sites internet des compagnies concernées ou de nous interroger.
Si vous voyagez sur différentes compagnies au cours de votre circuit, ce sont les conditions les plus restrictives qui s’appliquent.
Si vous avez des vols opérés par des compagnies locales, la franchise bagages est souvent inférieure à celles des compagnies internationales.
Prenez de préférence une valise ou un sac solide qui devront impérativement être fermés à clef ou munis d’un cadenas pour tous les trajets (avion, train, bateau…). Lors des transports aériens, ne conservez dans votre bagage à main que ce qui est absolument indispensable, comme vos médicaments (comprimés et gélules ; pour les médicaments liquides : insulines, sirops…vous devrez présenter une ordonnance à votre nom ou une attestation) ; ne gardez aucun objet pointu (couteau, ciseaux…), ils seraient confisqués avant l’embarquement et jetés. Des mesures de restrictions s’appliquent également aux liquides, aérosols, gels et substances pâteuses, contenus dans les bagages cabines : vous devez lors des contrôles de sûreté présenter séparément dans un sac plastique transparent fermé de 20 cm x 20 cm, vos flacons et tubes de 100 ml maximum chacun ; ce sachet peut contenir plusieurs objets. Les dimensions de votre bagage à main ne doivent pas excéder : 56 cm x 36 cm x 23 cm pour 5 kg.
Vérifiez bien le format des valises de cabine : beaucoup de modèles dépassent les dimensions mentionnées ci-dessus et seront automatiquement mis en soute. Ce bagage à main vous sera particulièrement utile pour le cas où les valises arriveraient plus tard retard à l’hôtel, les excursions de 2-4 jours (Arakan, Rocher d’Or), les valises restant à la consigne de l’hôtel de la ville de départ.

BLANCHISSERIE

La plupart des grands hôtels sont dotés d’un service de nettoyage rapide (dans la journée ou en 24 heures). Evitez, cependant, de confier des textiles fragiles.

BOISSONS

Nos prix n’incluent pas les boissons. Comptez de 1 à 5 US$ pour une bière locale ou pour une petite bouteille d’eau minérale, selon le standing du restaurant. On trouve parfois des vins australiens ou français mais leur prix reste élevé et ils ne sont pas toujours bien conservés. Le thé est omniprésent, souvent servi sous forme de thé vert,  parfois servi fort avec du sucre et du lait (à la mode anglaise). On sert du thé chinois, plus léger, dans les restaurants, des jus de fruits et du soda. Il existe également quelques alcools forts plus ou moins raffinés, comme le Mandalay rhum. La ville de Mandalay a sa bière : Mandalay Beer.

BOUDDHISME

La religion est omniprésente dans la vie quotidienne : 80% des Birmans pratiquent avec ferveur le Bouddhisme Theravada ou Bouddhisme dit du "Petit véhicule". Les monastères ont un rôle central dans la vie du village et les moines comptent sur les offrandes des villageois pour vivre. Le restant de la population est chrétien, musulman ou animiste.

CARTES DE CREDIT

Seulement quelques restaurants et hôtels acceptent les cartes de crédit (avec une surcharge entre 3 et 8%). Il n’est cependant pas conseille de ce fier a ce service étant donne qu’internet est souvent coupe dans la journée ce qui rend le service inutilisable. Les cartes American Express ne sont pas acceptées sur place.

CHANGE

Dollar ou euro en espèces. Veillez à ce que les billets soient en parfait état.
Il est conseillé de changer de l’argent en Kyats car de nombreux commerçants n’acceptent que les Kyats.
Les chèques de voyages ne peuvent être utilisés ou échangés.

Distributeur automatique de billets (ATM):
‐ Il est maintenant possible avec Master carte et Visa de retirer de l’argent dans quelques distributeurs CB Bank ou KBZ Bank. ‐ 24h/24h‐ frais de 5000 kyats par transaction
‐ Maximum 300,000 kyats peut être retire par transaction.
‐ Maximum 1000,000 kyats peut être retire en 24 heures.
‐ Les distributeurs de billets se trouvent à Yangon & Mandalay : aéroport international de Yangon, Scott Market, Chatrium Hotel, supermarché, l’hôpital Parami, Asia Royal Hôpital, Sakura Hôpital et CB banques.

CLIMAT

Soumise à un climat tropical, la vie du pays est rythmée par trois saisons bien distinctes.
La saison des pluies ou mousson débute fin mai/début juin et dure jusqu'à fin septembre. Les averses sont fréquentes et abondantes, principalement dans l'après-midi et le soir. Le climat est très humide ce qui peut rendre le voyage moins confortable.
La saison fraîche dure d'octobre à février. Les pluies cèdent la place aux éclaircies, les températures sont douces et l'humidité moindre. Voyager à cette saison est plus agréable.
La saison chaude débute en mars, les températures grimpent jusqu'à fin mai pour se stabiliser autour de 35°-40° C menant ainsi à la prochaine saison des pluies.

Précision : Situé dans l'hémisphère nord, le Myanmar subit un "hiver" de novembre à février. Il faut prévoir des vêtements chauds pour les matinées et les soirées partout dans le pays, et particulièrement pour les régions en altitude comme l'État Shan (Kalaw, Lac Inlé (7 à 10 C°), Pindaya, Kengtung et Putao). Les hôtels dans cet État ne sont pas équipés de chauffage ou de cheminées.

CLIMATISATION

Les systèmes de climatisation sont souvent très efficaces dans les restaurants et dans les bus. Ils peuvent occasionner quelques désagréments : rhumes, angines... Pensez à emporter de quoi vous couvrir pour pallier cet inconvénient.

CONVENANCES

Selon la tradition bouddhique, la tête est une partie sacrée du corps. Caresser la tête d'un enfant est une offense. Il est par ailleurs très inconvenant de diriger vos pieds, partie inférieure du corps, vers quelqu'un. Les Birmans n'ont pas de nom de famille, seulement un prénom composé de plusieurs syllabes signifiantes. Pour vous adresser à quelqu'un, vous devez reprendre toutes les syllabes de son prénom, précédées d'une appellation variant avec l'âge de la personne.

COURRIER

Comptez environ 15 jours pour que le courrier, posté d’une grande ville, parvienne à destination, si accident.

CUISINE

Les plats birmans sont souvent pimentés car ils sont préparés à base de Ngapi (pâte de poisson fermenté). Le repas de base se compose de riz, ragoûts de viandes, soupes et parfois poissons, ainsi que de nouilles sautées. Pour les desserts, grande variété de fruits tropicaux et friandises sucrées (habitude héritée de la colonisation). Le petit déjeuner birman traditionnel se compose de soupe, riz et légumes. Les cuisines chinoises et indiennes sont très présentes

DOUANE

Un formulaire de douanes sera à remplir. Les bijoux, caméras et devises (valeur supérieure à 10.000 US$) doivent être déclarés à l'arrivée L'exportation d'antiquités, de Bouddha et de pierres précieuses sans un reçu officiel est strictement interdite.

EAU

Ne buvez jamais de l'eau du robinet. Préférez l'eau minérale en bouteille scellée ; évitez les glaçons.

ELECTRICITE

220 volts. Il est indispensable de se munir d'un adaptateur international/universel (prises à fiches plates à deux broches ou fiche rondes à deux ou trois broches) - multi prises, pour les appareils électriques  et d'une lampe de poche (les coupures d'électricité sont fréquentes et les escaliers de certains temples de Pagan mal éclairés).

GEMMES ET PIERRES PRECIEUSES

Le Myanmar est le pays de la gemme, particulièrement du rubis (sang de pigeon) et du jade (jade impérial). Il est conseillé d'acheter dans un magasin d'État et d'obtenir un certificat d'authenticité, obligatoire, lors du contrôle à la sortie du territoire.
La Maison de l’Indochine et ses correspondants ne peuvent être tenus pour responsables de l’achat de pierres précieuses et/ou d'antiquités au travers de «recommandations» effectuées par les guides. Ces derniers ont pour instruction de ne pas indiquer de magasin. Si le visiteur pressait le guide de fournir une adresse, l'achat serait sous la seule responsabilité de l'acheteur.

HORAIRES

L'heure de la Birmanie est +6h30 sur le méridien de Greenwich, c'est-à-dire +5h30 sur l'horaire d'hiver français et +4h30 sur l'horaire d'été.

INTERNET

Le réseau internet est encore au stade de développement avec des connections lentes, il faut s’armer de patience ! L’accès a internet est aussi encore contrôle, certains sites filtrés, interdits ou inaccessibles
La plupart des hôtels dans les grandes villes proposent maintenant un accès Internet en Wifi dans les chambres sinon à la réception.

JOURS FERIES 2014

19 Octobre Fête de la pleine lune de Thadingyut
17 Novembre Fête de la pleine lune de Tazaungmone
27 Novembre Fête nationale
25 Décembre Noël

JOURNAUX

Le Myanmar times, Working People's Daily et le New Light of Myanmar.

LANGUE

La langue officielle est le birman et se décline en 80 dialectes. L'alphabet, tout en rondeurs, est dérivé d'anciens alphabets indiens. En ville, les anciens parlent un anglais parfait, les plus jeunes le maîtrisent moins bien.

MONNAIE

La monnaie nationale est le Kyat (prononcé Tchiat). Le Kyat est divisé en 100 Pais. Il existe des billets de 10, 50, 100, 200, 500, 1000, 5000 et 10 000.
A titre indicatif : 1 € = 1300 Kyat et 1 US$ = 950 MMK environ, avec des variations de taux selon la ville où a lieu le change.
IMPERATIF : avoir des BILLETS NEUFS EN PARFAIT ETAT sinon ils sont refusés.
Dès votre arrivée, vous pourrez changer dans le hall d’arrivée de l’aéroport.

MYANMAR

Myanmar, qui signifie "les premiers habitants du monde" est depuis toujours le terme birman désignant le pays. L'ancien nom officiel du pays, République socialiste de l'Union de Birmanie, a été remplacé par Union du Myanmar.

NATS

Ces héros martyrs des temps passés vous accompagnent tout au long de votre voyage et font l'objet d'un culte populaire très important : autels, offrandes, fêtes, tout au long de l'année, légendes, donnant lieu à des représentations théâtrales… Ils sont officiellement 37 . Avant de partir, vérifier quel jour de la semaine vous êtes né. A chaque jour correspond un génie ou Nat.

NOMS

Depuis 1998, certains noms géographiques ont été modifiés afin de rétablir les noms d’avant le colonialisme. Rangoon devient Yangon, Arakan = Rakhine, Maymyo = Pyin Oo Lwin, Pagan = Bagan, Pegu = Bago, Prome = Pyi, Irrawaddy = Ayeryarwady.

PHOTOS

Il existe peu d'interdiction de photographier ou filmer, excepté pour certains sites et musées et surtout les "installations militaires" ou jugés stratégiques par l’armé (pont, postes de police…). Il est préférable de demander l'autorisation des intéressés avant de faire des portraits, surtout les ethnies qui pourraient être superstitieuses à ce sujet. La plupart des sites demande une « taxe » d’environ 300 à 500 kyats pour les appareils photos et caméras.

POURBOIRES

Ils sont soumis à votre libre appréciation et récompensent un service rendu de bonne qualité, mais ils ne doivent en aucun cas être sollicités. Nous vous conseillons de caler votre pourboire en fonction de l’économie locale : le prix d’une bière ou d’un thé, d’un paquet de cigarettes locales qui vous donnerons un aperçu du niveau de vie et vous permettrons comme vous le faites naturellement chez vous de caler le montant de votre pourboire si celui-ci vous paraît justifié. (A titre indicatif, prévoyez environ 5 USD/personne/jour entre le guide, l'assistant guide et le chauffeur).

PRODUITS INTERDITS

Myanmar, qui signifie "les premiers habitants du monde" est depuis toujours le terme birman désignant le pays. L'ancien nom officiel du pays, République socialiste de l'Union de Birmanie, a été remplacé par Union du Myanmar.

SANTÉ

Il va de soi qu’il vaut mieux être en bonne santé pour entreprendre un voyage lointain. Aucun vaccin n’est obligatoire. Si vous suivez un traitement médical spécifique, prévoyez d’emmener une quantité suffisante de médicaments pour la durée du voyage. Les pharmacies sur place sont en général bien approvisionnées mais il est toujours préférable d’emporter son propre stock. A titre indicatif, votre trousse contiendra : pansements, antalgique, anti-diarrhéique, crème anti-moustique, crème solaire et médicaments contre le rhume et les angines. Il n’y a pas de traitement obligatoire contre le paludisme. Pour plus d’information, consultez les services spécialisés de Médecine Tropicale.

SECURITE

Les incidents sont rares mais, dans les sites très touristiques, les grandes villes et les marchés, les pickpockets sont à l’affût des touristes. Evitez d’emporter des bijoux et laissez votre passeport, vos billets d’avion et valeurs au coffre de l’hôtel.

TÉLÉCOMMUNICATIONS

De FRANCE / BIRMANIE : Composez le 00 + 95 + l'indicatif de la ville + le n° de votre correspondant.
De BIRMANIE / FRANCE : Composez le 0 + 33 + le n° de votre correspondant sans le 0.

Attention aux surtaxes des hôtels. Il est souvent très cher de téléphoner de l’hôtel (2 ou 3 USD par minute), préférez plutôt les appels par Skype ou Gtalk grâce au du Wi-Fi (gratuit dans certains hôtels).

IMPORTANT : la situation est en train d’évoluer très rapidement, à priori, votre téléphone portable ne fonctionnera pas dans le pays car le Myanmar n'a aucun accord d'itinérance (roaming) ; cependant, il semble qu’avec Orange, on puisse trouver du réseau mais c’est aléatoire.
Il vous est possible de louer un téléphone portable à l'aéroport International de Yangon. Les recharges de crédits sont disponibles dans tout le pays et coûtent entre 5.000 et 10.000 kyats (à régler en espèces).

Coût pour une carte Sim basique + téléphone : 6 USD par jour

Coût pour une carte Sim modern avec accès internet + téléphone : 8 USD par jour.

TRANSPORTS

Les déplacements par la route permettent au visiteur de voir plus de pays et sont un excellent moyen pour rencontrer la population. Toutefois, certaines distances peuvent être particulièrement longues car l'état des routes est souvent mauvais malgré les efforts déployés pour les moderniser, en particulier après la saison des pluies. De plus, le parc automobile birman est très vieux ce qui rend les longs voyages inconfortables.
Malgré tous nos efforts pour fournir les meilleures options possibles et disponibles, le visiteur doit être prêt à voyager dans des véhicules moins confortables que dans les pays voisins.

VETEMENTS

Il faut respecter une décence vestimentaire (pas de bermuda, short, jupe courte, débardeur ou décolleté) pour visiter pagodes et monastères. Emportez des vêtements légers en coton: un simple pull-over suffira en plaine pendant la saison fraîche. Dans les régions de montagne comme Myamyo et Inle, prévoir un pull-over chaud. Les soirées peuvent être très froides entre novembre et février. On doit se déchausser régulièrement (chaussettes y compris) à l'entrée des temples et pagodes, prévoyez des chaussures faciles à enlever ou sandales - tong. Emportez de quoi vous nettoyer les pieds (serviette imprégnée)…
Ne pas oublier de quoi se protéger du soleil et de la pluie (mai – septembre).

VOLS INTERIEURS

Les liaisons aériennes intérieures sont assurées par des compagnies régulières (Air Bagan et Air Kanbawza). Les billets vous seront remis sur place.